Blogue

12 juin 2017

Entretien avec Jeannette Holman-Price, de The Jessica Campaign

The Jessica Campaign (TJC) milite afin que les modifications attendues depuis longtemps soient enfin apportées aux normes et aux lois en matière de sécurité des véhicules automobiles en Amérique du Nord. Créé au Canada après la mort évitable et inutile de Jessica Holman-Price, M.B., à l’âge de 21 ans, TJC continue de tout mettre en œuvre pour venir appuyer activement Vision Zéro dans l’atteinte de ses objectifs au Canada. Depuis la mort de sa fille, Jeannette Holman-Price a fait pression sans relâche pour que nos législateurs, partout en Amérique du Nord, utilisent les outils qu’ils ont facilement à leur portée.

EN QUOI CONSISTE THE JESSICA CAMPAIGN?

À 18 h 07, le 19 décembre 2005, notre monde a subi un véritable choc. Nos deux plus jeunes enfants étaient happés par un camion. Jessica a perdu la vie en sauvant celle de son frère. Des protecteurs latéraux auraient sans aucun doute sauvé sa vie. Quand on nous a demandé ce soir-là quel était notre souhait, nous avons répondu : « Une enseigne brillante rose néon sur lequel il est écrit : Mon nom est Jessica. Est-ce que vous me voyez maintenant? » Même si elle n’est pas néon, ni rose, nous avons réussi à créer une « enseigne virtuelle » partout en Amérique du Nord. Aujourd’hui, Jessica n’est plus seulement perçue comme la jeune femme qui a sauvé son frère, elle est celle qui a permis de sauver un nombre incalculable de vies. Le jour de l’accident, aucun camion ne possédait de protecteurs latéraux en Amérique du Nord. Aujourd’hui, ceux qui appuient The Jessica Campaign sont fiers de dire que la campagne a joué un rôle important dans le développement et la livraison de dizaines de milliers de protecteurs latéraux aux quatre coins du continent. Nous continuerons de militer jusqu’à ce que les protecteurs latéraux deviennent obligatoires selon la loi fédérale, et que tous les véhicules lourds fabriqués ou importés en Amérique du Nord soient équipés de protecteurs latéraux qui répondent aux normes fédérales. Avant même l’entrée en vigueur de la loi, des petits propriétaires, des municipalités et des entreprises adaptent déjà leurs parcs de véhicules en les équipant de protecteurs latéraux, car ils savent qu’ils peuvent ainsi sauver des vies.

QUELLE EST LA PREUVE LA PLUS IMPORTANTE EN FAVEUR DES PROTECTEURS LATÉRAUX?

Les preuves de l’efficacité des protecteurs latéraux sont infinies. Ça fait maintenant presque 30 ans que les pays de la Communauté économique européenne (CEE) ont légiféré en matière de protecteurs latéraux, soit des décennies avant même qu’il y ait des lois dans les pays fondateurs de la CEE. Il existe des tonnes de recherches et de statistiques pour appuyer la directive de la CEE exigeant des protecteurs latéraux. Mais la meilleure preuve se trouve dans les recherches datant des premières années de la fondation de The Jessica Campaign. Je cite : « Dans les juridictions où les protecteurs latéraux ont été introduits, il y a eu une réduction probante de 20 % des décès et une réduction de plus de 25 % de la gravité des blessures. » Et les statistiques continuent d’appuyer cette décision. Grâce aux avancées technologiques, les protecteurs latéraux ne cessent d’être perfectionnés, ce qui augmente les chances de réduire les blessures et les décès. Le fait le plus incontestable est que, malgré des décennies de détracteurs, la preuve est faite : les protecteurs latéraux sauvent des vies! Et le contraire ne peut être prouvé.

EST-CE QUE TOUS LES PROTECTEURS LATÉRAUXY Sont Pareils? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE AVEC LES JUPES LATÉRALES?

Tous les protecteurs latéraux respectent le même principe: ils sont conçus pour empêcher un piéton, un cycliste ou un motocycliste d’être entraîné sous les véhicules et d’être écrasé par les roues. La conception peut différer pour une question d’aérodynamisme, d’esthétique ou de matériaux. Leur principale similitude réside dans leurs caractéristiques communes, soit leur distance avec le sol, la conception de leur bord, la proximité des essieux et leur élasticité, pour empêcher que quelqu’un ne passe sous les véhicules. On pense à tort que les jupes latérales sont des dispositifs de sécurité, mais bien qu’elles ressemblent aux protecteurs latéraux, elles n’en possèdent pas l’intégrité structurelle. Les jupes latérales sont conçues pour optimiser la consommation de carburant – à quelques dollars près, elles pourraient être doublement utiles en réduisant la consommation d’essence et en sauvant des vies. Un simple changement de design et un coût de production légèrement plus élevé permettraient de transformer ces jupes en protecteurs qui sauveraient des vies.

QUE FAUT-IL RÉPONDRE À CEUX QUI AFFIRMENT QUE LES PROTECTEURS LATÉRAUX NE FONT PAS RÉELLEMENT DE DIFFÉRENCE DANS LA PRÉVENTION DES BLESSURES?

La réponse ne pourrait être plus simple. Je leur réponds : MONTREZ-MOI DES PREUVES. Les preuves n’existent pas. Les protecteurs latéraux ont fait leurs preuves depuis des décennies et continuent d’être perfectionnés grâce aux nouveaux matériaux et aux nouvelles technologies. Les protecteurs latéraux et tous les dispositifs arrière contre l’encastrement peuvent continuer d’être améliorés. Et avec la production de masse et les innovations, le coût ne cesse de diminuer. Les nouvelles technologies et les designs et matériaux améliorés accroissent l’aérodynamisme. On renouvelle sans cesse leur look, et les occasions d’utiliser les protecteurs latéraux pour de la publicité se multiplient. La science des protecteurs latéraux n’est pas remise en question. La preuve, c’est les statistiques et plus de 30 ans d’expérience. Les personnes qui affirment que leur impact n’est pas positif n’ont aucune preuve. Certains peuvent formuler une question de sorte que la réponse sera toujours négative. Formulez une question simple. Est-ce que les protecteurs latéraux sauvent des vies? La seule réponse, c’est OUI.

SI ces dispositifs PERMETTENT D’ÉCONOMISER DE L’ARGENT ET DE SAUVER DES VIES, POURQUOI TOUS LES CAMIONS AU CANADA N’EN SONT-ILS PAS ÉQUIPÉS?

Ce sont nos législateurs qui sont les mieux placés pour répondre à cette question. Il n’y a AUCUNE preuve que les protecteurs latéraux sont inefficaces. Non seulement les protecteurs latéraux (des jupes latérales avec les structures techniques appropriées) sauvent des vies, mais ils permettent d’économiser de l’argent. Dans des essais d’aérodynamisme, il a été démontré que les jupes latérales devenaient rentables après des mois. En effectuant les changements structurels nécessaires pour qu’elles puissent aussi sauver des vies, elles seraient toujours rentables et permettraient de faire des économies d’essence en moins de deux ans. Ceux qui sont contre cachent la vérité. Des camionneurs de partout en Amérique du Nord en ont eu la preuve, et les communautés prennent les devants en matière d’implantation de protecteurs latéraux. Selon moi, la loi devrait être plus souple pour les petites entreprises. Ce n’est pas tout le monde qui peut payer entre 800 $ et 1 800 $ pour équiper un parc de camions. C’est pourquoi The Jessica Campaign milite pour que la loi prévoie le parrainage des petites entreprises. Dans la ville de New York, des subventions sont offertes aux plus petites entreprises qui désirent installer des protecteurs latéraux. 

QUEL EST LE LIEN AVEC L’implantation DE LA VISION ZÉRO AU CANADA?

Le processus de politique publique pour changer les choses est un problème très complexe et, à bien des égards, il nuit au progrès et à l’atteinte des objectifs de Vision Zéro. Pour les protecteurs latéraux, les preuves sont faites depuis des décennies. Les problèmes liés à l’implantation sont liés au processus et au financement. Lorsque nous avons commencé The Jessica Campaign, on nous avait promis diverses recherches, et pour une question de financement, de coupes budgétaires et d’opposition par des gens mal informés, le processus a été bloqué, jusqu’à aujourd’hui encore. La preuve que les protecteurs latéraux sauvent des vies est dans les archives du Royaume-Uni, de l’Australie et de tous les pays de la CEE : la preuve est sur microfiche, nous n’avons pas besoin de réinventer la roue. Il suffit d’avoir l’esprit ouvert à la preuve offerte par nos compatriotes, de travailler ensemble plutôt qu’en silos, et de mettre toute notre énergie à concrétiser la mission de Vision Zéro. 

Y A-T-IL AUTRE CHOSE QUE VOUS AIMERIEZ PARTAGER AVEC LE RÉSEAU? QU’ELLE EST LA SUITE DES CHOSES POUR The JESSICA Campaign?

Notre réseau doit être au courant des bonnes nouvelles. Ce jour fatidique, il y a 11 ans, il n’y avait AUCUN protecteur latéral en Amérique du Nord. Aujourd’hui, il y en a des milliers, peut-être même des dizaines de milliers partout en Amérique du Nord. Une ville à la fois, les décisionnaires font face à la vérité. Une fois qu’une loi fédérale sera adoptée, l’économie d’argent continuera de s’accroître. Bien sûr, quand les taux de mortalité diminuent, il en va de même pour les primes d’assurance. Et avec la production de masse, le coût des protecteurs latéraux diminue également. Et les coûts pour nos réseaux de soins de santé seront réduits lorsque les gens cesseront d’être victime des technologies et des lois obsolètes. La prochaine étape pour The Jessica Campaign, c’est le partenariat. Nous sommes maintenant TJC and Friends. Malheureusement, depuis le décès de Jessica, il y a eu des milliers d’autres victimes, et nous cherchons à faire en sorte que toutes les familles touchées soient connectées. En donnant un visage humain à la cause, la loi ne devrait pas tarder à être adoptée.

The Jessica Campaign et les cadeaux faits en son nom (des milliers de casques, des prix, des dons en argent) sont financés entièrement par la famille de Jessica. Dans le futur, The Jessica Campaign espère créer une carte interactive sur laquelle n’importe qui pourra choisir une distance et « parcourir » cette distance physiquement ou virtuellement pour démontrer son soutien à l’implantation des protecteurs latéraux en Amérique du Nord. Quand vous choisissez une distance, vous pouvez la dédier à une personne chère et indiquer pourquoi vous êtes pour la législation des protecteurs latéraux. Pour chaque mile parcouru, nous espérons ajouter 50 signatures sur notre pétition afin de demander aux gouvernements de l’Amérique du Nord d’agir maintenant et de légiférer sans délai. À l’anniversaire du décès de Jessica (le 19 décembre 2016), j’ai marché 21 miles, de ma maison près de St. John’s au lieu de naissance de Jessica, ensuite jusqu’au rivage où ses cendres ont été dispersées, et finalement jusqu’à l’hôtel de ville. Mon souhait pour la prochaine année est de marcher les 21 000 autre miles de St. John’s à Washington, D.C., avec 50 signatures par mile parcouru pour montrer à nos législateurs que les Nord-Américains souhaitent ce changement, et qu’ils le veulent maintenant. Durant mon périple, j’ai rencontré des familles, et nous avons discuté de comment nous nous réunissons pour traverser des moments difficiles. Notre souhait commun est de voir le jour où nous nous réunirons pour célébrer tous ceux qui travaillent ensemble pour un Vision Zéro.